Ce site utilise des fichiers témoins (cookies). En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez notre utilisation de fichiers témoins. Pour en savoir plus, lisez notre charte de protection de la vie privée.

Résultats de la 3ème enquête BVA-Réhalto sur les arrêts de travail

 

 

bva

 

Pour la 3ème année consécutive, REHALTO publie une grande étude sur les arrêts de travail et les plans d’action santé.  Cette étude, réalisée auprès de 302 DRH et 1497 salariés par l’institut BVA* fait chaque année un état des lieux sur les arrêts de travail des salariés au cours de l’année écoulée (taux d’absentéisme, raison et durée des arrêts), de leur impact sur l’entreprise et des actions mises en place pour les prévenir.

Une progression constante du taux d’absentéisme depuis la première vague du baromètre

40% des salariés ont été arrêtés au moins une fois au cours de l’année 2016. En moyenne, les salariés ont eu 14,2 jours d’arrêts sur cette même année. Cela se traduit par un taux d’absentéisme de 3,9% pour l’année 2016 dans les entreprises de plus de 50 salariés en France. Ce taux poursuit sa progression depuis la première vague du baromètre et affiche une hausse de 0,6 points/2015 (enquête 2016).

Des variations importantes de ce taux au regard des catégories de salariés

Ce taux moyen masque une forte hétérogénéité de ce dernier en fonction des catégories de salariés. Ainsi les taux d’absentéisme des salariés séniors (5,7%), des ouvriers (5,8%) et des salariés travaillant dans le secteur des transports (6,3%) sont les plus élevés. A l’inverse les taux d’absentéisme des moins de 30 ans (2,7%) et des cadres (1,6%) sont les plus faibles.

 

Des arrêts principalement courts

Parmi l’ensemble des arrêts posés, les arrêts courts sont majoritaires : 39% d’arrêts de 1 à 3 jours et 25% d’arrêts de 4 jours à 1 semaine. A l’inverse 29% des arrêts ont une durée d’une semaine à 3 mois et 7% sont des arrêts longs (supérieur à 3 mois).

Des salariés qui ne posent pas toujours d’arrêt dans des situations le nécessitant

Au-delà des statistiques, cette étude met également en évidence une pratique qui va à l’inverse des idées reçues : face à une difficulté nécessitant un arrêt maladie, 41% des salariés ne posent pas d’arrêts : 31% se rendent à leur travail et 10% préfèrent poser un congé (CP ou RTT). Ces derniers mettent notamment  en avant 2 types d’explication : la volonté de ne pas voir ses revenus baisser et le poids important de leur charge de travail.  Ces données mettent en évidence le sur-présentéisme,  source potentielle de dysfonctionnement à terme.

Des arrêts de plus en plus liés à des causes professionnelles :

Ainsi ce sont près d’1 salarié sur 4 ayant connu un arrêt qui associe cet arrêt à une cause professionnelle : tensions liées à l’organisation du travail ou difficultés liées aux pratiques managériales (27%). Ce score est en nette progression par rapport à la précédente enquête (+ 7 points/ enquête 2016).

Les difficultés professionnelles à l’origine des arrêts apparaissent principalement liées à la charge de travail (60%), l’environnement physique de travail (42%) ou encore les mauvaises relations avec la hiérarchie (40%) et le manque de reconnaissance (40%). Cette réalité n’est pas perçue par les DRH qui sont seulement 2% à attribuer aux arrêts de travail dans leur entreprise une cause professionnelle. Ils estiment dans leur large majorité que les arrêts sont causés par la maladie elle-même (89%) ou les difficultés liées à la vie personnelle des personnes arrêtées (9%).

Les arrêts de travail, un problème important pour les entreprises aux yeux des DRH

Aux yeux d’une majorité de DRH, les arrêts de travail constituent un problème important (57%). Ils mettent en avant tout particulièrement leur impact négatif sur l’organisation de leur entreprise (79%) et sur sa performance économique (52%).  Pour autant, Ils sont en difficultés pour en mesurer précisément le cout : seulement 1 DRH sur 5 en a une idée précise (20%).

Des arrêts de travail, un enjeu important pour les salariés, qui craignent le retour et souhaitent être mieux accompagnés

Aux yeux des salariés, les arrêts de travail ont un impact négatif sur la vie professionnelle du collaborateur arrêté et sur ses collègues.  Alors que le retour est vécu comme un moment angoissant par plus de 80 % des salariés, un tiers des salariés exprime un besoin d’accompagnement. Ce pourcentage grimpe à 74 % pour les arrêts longs.

Des actions de prévention encore peu mises en place pour faire face aux arrêts de travail

Dans ce cadre : seuls 43% des DRH indiquent que leur entreprise a mis en place des actions de prévention pour faire face aux arrêts de travail. Des actions de prévention qui restent essentiellement d’ordre règlementaires

Christian Mainguy : « La progression de l’absentéisme est un enjeu important pour les entreprises, qui doit les inviter à comprendre les causes organisationnelles, à analyser les conditions de travail, pour agir et mettre en place des plans d’actions santé et qualité de vie au travail »

Réhalto est un cabinet expert des risques humains et sociaux, filiale du Groupe SCOR.  Sur la base de sa forte expérience dans la gestion des arrêts de travail, Réhalto a développé des solutions en santé et qualité de vie au travail.  Réhalto est présente en France et en Belgique.

Contacts Réhalto :    

Christian MAINGUY                      Alain Bouellat                                           Christophe Despéries

Président de Rehalto                     Directeur de développement               Directeur pôle Santé au travail

cmainguy@rehalto.com              abouellat@rehalto.com                        cdesperies@rehalto.com

 

Tel : 01 42 91 85 00  –  Info@rehalto.com

Contact BVA :

Laurent BERNELAS

Directeur d’activité                                       

Laurent.bernelas@bva-group.com

Tel : 01 71 16 88 71

 

Pour obtenir la présentation complète, vous pouvez envoyer un mail à info@rehalto.com